Education et patrimoine

http://ardecol-v2.inforoutes-ardeche.fr/eduetpatri/

Histoire du comte de Crussol (De la nature sans l'homme à l'homme organisateur de l'espace)

article661.jpg
Gravure ancienne du site fortifié du château de Crussol
A. Saint-André

q PREAMBULE

Cadre chronologique : XIIe – XVIIIe siècles.
Crussol est à la fois le nom d'une montagne, d'une forteresse, d'une ancienne famille noble et de sa seigneurie. Domaine situé en Haut Vivarais.

L'histoire de ce comté peut être perçue comme une pièce du puzzle de l'histoire de France. Nous recherchons les monuments et preuves qui permettraient de la reconstituer et de l'illustrer. Pour ce travail, nous utilisons principalement des archives de l'Ancien Régime. L'ensemble des données recueillies aide à comprendre Crussol et ses différents aspects.

q CONTENU

La forteresse de Crussol, composée d'un château-fort et d'une agglomération, se situe sur un éperon rocheux et calcaire dominant la moyenne vallée du Rhône, face à la ville de Valence (cf. plan, illustrations, photographies).


Histoire du site :
Période gallo-romaine : quelques vestiges sur le massif de Crussol : poignard, carrières, tegulae, dédicace au dieu Mars, cimetière et stèles funéraires du prieuré de Saint-Estève (collections dispersées).

Période carolingienne : les premiers documents citant Crussol sont religieux.

XIIe siècle : la documentation sur Crussol est encore rare. Indirectement, des écrits concernent les droits des seigneurs de Crussol sur le bac du Rhône de Valence. Ils proviennent du Cartulaire de l'église collégiale de Saint-Pierre de Bourg-les-Valence et complètent avantageusement le manque de données.
Autres sanctuaires et codex de notre région : ex : Cartulaire de Richeranche.

XIII e siècle et XIV e siècle : la famille de Crussol-Uzès vue à travers son chartrier : ses droits féodaux, ses possessions, ses liens avec les villages du comté de Crussol (extraits de textes). Archives religieuses et diverses.

Utilité des Régestes Dauphinois et Vivarois et autres inventaires de sources écrites. Explication de ces sources et de leur intérêt.

XVe, XVI e, XVII e siècle : les minutiers de notaires du comté de Crussol, les archives judiciaires et parlementaires témoignent des rapports entre les individus, entre les communautés et leur seigneur et des liens étroits et permanents entre les Crussol et les États du Vivarais (avec des exemples). En filigrane transparaît l'évolution de la famille de Crussol, puis de Crussol-Uzès, son accession à la cour et son éloignement du comté. Et s'en suit la délégation de ses pouvoirs à des tiers.
Sont sous-jacents les guerres civiles dans le comté et l'engagement des seigneurs de Crussol dans ces guerres.
Quelques rares mémoires des contemporains.

XVIII e siècle : les registres notariaux traitent de l'émergence de la petite noblesse, de l'enrichissement de certains bourgeois et du maintien des droits féodaux en dépit de l'évolution de la société.

Concernant l'interprétation des textes anciens, nous ne perdons jamais de vue les personnes qui les ont écrits, dans quels buts ils ont été écrits, leur conservation sous l'Ancien Régime en tant que références, leur utilité de nos jours comme témoins de l'histoire.

Intérêt scientifique :

Les thèmes classiques sont abordés à travers les documents locaux sur Crussol :
- ses seigneuries vivaroises
- ses forteresses (plan de Crussol)
- ses résidences successives en Vivarais, chronologie
- ses revenus
- ses alliances familiales
- ses rapports avec des voisins
- son rôle politique
- au religieux
- au militaire
- les hommes du comté
- la petit noblesse locale

En plus, des anecdotes hors du commun agrémentent l'histoire de Crussol (du XVe siècle au XVIIIe siècle) :

· Les maison franches du site de Crussol
· La délibération des habitants de Soyons sur la salubrité de leur ville
· La vente du blé en putréfaction
· Le mariage d'Antoine de Crussol avec la tumultueuse Louise Clermont-Tonnerre
· Le passage du Rhône et les péages : quelques aventures
· Les Crussol-Uzès et la Saint-Barthélemy
· Les prisonniers du comté
· Les deux campagnes de démantèlement du château de Charmes
· L'histoire des comptes-rendus de la dernière réunion des États du Vivarais adressés au duc de Crussol-Uzès, à la veille de la Révolution
· Les archives de la maison Crussol-Uzès : leur propre histoire.

q A VOIR SUR LE TERRAIN

Description des vestiges :
La forteresse de Crussol a été occupée par la famille de Crussol du XIe au XVe siècle. Aujourd'hui, nous pouvons visiter les ruines du château, les remparts, les habitations de Crussol, voir les traces d'un donjon, d'une chapelle castrale et retrouver par l'architecture son système de défense.

Intérêt patrimonial :
Le château de Crussol est inscrit à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques

Manipulation des objets :
Maquettes, objets originaux et copies d'acte anciens. Le local d'accueil de Crussol est doté d'une exposition présentant des objets usuels en provenance du site : monnaies, pointes de flèches, poteries, etc..

q LOGISTIQUE

Accessibilité :
Parking à proximité pour les véhicules individuels et à 800 m pour les cars.

Personnes ressources :
Pascal Mallen, professeur d'histoire

Dr. Zilberman ; approche artistique de Crussol

François Attrop, géologue chargé de recherche au CNRS, Université Claude Bernard Lyon, correspondant de la Fondation de Crussol

Gérard Grosbout, entretien et gardiennage du site.

q POUR EN SAVOIR PLUS

Autres sites à voir :
Visite commentée du château de Charmes, occupé par la famille de Crussol-Uzès du XIVe au XVe siècle. Ruines du château.

Archives départementales de la Drôme : documents originaux sur la famille de Crussol, nature des différents écrits, démarches pour recherches en archives.

q SOURCES

Reproductions de dessins du château de Crussol (au crayon, à la plume et sanguine), Saint-Péray, Fondation de Crussol